Le geo-ingéniérie

Cet article vient en complément de l’article précédent consacré aux marchands de doute. Mais ici, à l’inverse, s’agissant du changement climatique « man made, de main d’homme), de sa cause réelle, il n’est plus nié mais simplement évacué, reporté à plus tard, aux calendes grecques par la grâce d’une technologie salvatrice, la géo ingénierie (GE)1.

Oui, le changement climatique existe (« je l’ai rencontré ! », pour paraphraser un livre célèbre) mais nous pouvons y faire face. De multiples technologies existent, regroupées essentiellement autour de deux thèmes :

  1. Capter le CO2, voire l’enfouir.
  2. Gérer le rayonnement solaire à notre avantage.

Des voix s’élèvent pour en mettre en cause les risques (quelles conséquences?), l’efficacité problématique (cela nous rendra-t-il la glace du pôle?), la violence qui y est attachée ( intellectuelle, générationnelle, inter générationnelle), la privatisation d’un climat qui appartiendra à quelques-uns, l’injustice nord-sud,…Cela nous fait penser à la guerre des étoiles de R. Reagan qui voulait déployer au-dessus de nos têtes un parapluie nucléaire, et donc ici, à une militarisation du climat.

Surtout, cela nous déresponsabilise par rapport à la dérive climatique. Oui, elle existe mais on pourra continuer « comme si » puisque nous avons les moyens d’y faire face sans changer nos habitudes : « business as usual ».

Enfin, nous avons été fort frappé par une étude de ETC2 (Canada) qui se pose , dans le cadre des « Objectifs du développement durable, ODD » (ils sont 17) , la question de la part des technologies nouvelles.

Quel cadre d’analyse qui ne soit pas seulement celui des experts (comme ceux du GIEC, pourtant les mieux informés du monde, en matière de climat) mais aussi celui de la société civile, des femmes, des enfants, des autres cultures,… Un regard même dûment informé comme celui des experts scientifiques ne suffit pas. Tout le monde a son mot à dire.

ETC propose une méthode, pour analyser de ces différents points de vue, les grands changements technologiques qui sont au programme d’un monde durable, plus égalitaire,plus vivable.

La société civile doit se réapproprier les grands enjeux qui détermineront notre vivre ensemble de ce siècle problématique. L’inertie intellectuelle face aux défis du présent et aux solutions proposées par la clique « géo ingénierie » pourrait se payer cher.

La société civile doit surtout se départir d’un TINA ( there is no  alternative) et se dire que d’autres solutions, concernées, existent. Elles sont à base de limitations de nos émissions, d’investissements dans les transports publics, d’abandon des déforestations si l’on veut que  survive la biodiversité, de respect de nos eaux, y compris océaniques (‘ne touche pas à mes océans!’), d’agro-écologie,…

Michel Ansay

20-10-17

http://partagesavoirs.blogspot.be

 

Document téléchargeable

La geo-ingéniérie

 

NOTES

1 Il s’agit essentiellement de :

« Climate change, smoke and mirrors » en préparation d’une réunion à Bonn d’un meeting international en mai 2017. 

« Riding the geostorm » ETC/BÖLL en octobre 2017.

« Reasons to oppose geoengenieering » Geoenginering Monitor, http://www.geoengineeringmonitor.org/

« The wisdom of G.O.A.T.S. (global overview of Technological systems) ».ETC group, May 2017.

2 ETC: Erosion, Technology and Concentration.