Le Socrate de Roustang

Le Socrate de F. Roustang

François Roustang,
Le secret de Socrate pour changer la vie.
Odile Jacob, 2009, 237p.

Socrate et le non-savoir.

Aimez-vous nager à contre-courant? Alors allez un peu plus loin dans la lecture de cet article. En effet, Socrate, ce sage de l’antiquité grecque (470-399 av. JC) qui n’a rien écrit et que l’on ne connaît qu’à travers Platon, Xénophon, Aristote. Il est présenté par François Roustang sous son aspect le plus revêche, le plus déconcertant, le plus aimable.

Dans notre économie de la connaissance, de l’homme augmenté, de la vitesse des transmissions1, des sommets de productivité,… voilà un homme qui traîne dans les rues d’Athènes, toujours habillé de la même manière, été comme hiver, cherchant des interlocuteurs auxquels il ne demande qu’une chose : « parle à partir de toi-même ».

Et s’engage alors un débat sur la justice (le thème qui lui est le plus cher), la sagesse, la piété, l’enseignement, la conduite de la cité,la mort,…

Socrate démonte les convictions, pointe les contradictions, met le doigt sur les apories2,…si bien que l’interlocuteur avoue sa confusion, son non-savoir, …

Ce non-savoir est en fait un savoir fondamental attaché au fait d’être un homme simplement, d’avoir un vécu humain, d’avoir expérimenté la vertu d’humanité (qui ne s’apprend pas!).

Ce non-savoir demande un retrait, une méditation (certains diront une transe, faisant de Socrate un chaman), on dit volontiers aujourd’hui un lâcher prise, un saut qui ouvre sur un changement de vie. Cela peut orienter une vie.

Un Socrate grincheux, mal habillé, laid, parfois retors, démontant les certitudes, les savoirs accumulés, je l’aime bien. 

Il est moderne et dans notre société3 qui fonce (mais vers quoi? la déroute climatique ?…), il introduit le doute, le désir d’autre chose.

Je regarde parfois d’une autre manière cette actualisation du non-savoir dans notre société. Le désordre qu’elle engendre (on dit parfois, une montée de l’entropie), si l’on en prend compte, n’est-ce pas une invitation, plus qu’une invitation à « changer d’ère »  (selon le beau titre de Jacques Robin)?

Michel Ansay
16 juin 2015

Document téléchargeable

Le Socrate de Roustang

Notes

1 Voici ce qu’on lit dans infohightech : En utilisant un nouveau type de fibre optique, les chercheurs de l’Université technique du Danemark (DTU) ont transmis des données sur une seule fibre optique à une vitesse de 43 térabits par seconde (43 Tbps) et établi ainsi, un nouveau record du monde pour la transmission de données. Il bat le précédent record de 32 Tbps établi par les chercheurs du Karlsruhe Institute of Technology en Allemagne. (vous comprenez?)

2 Difficultés, embarras, contradictions,…(un mot assez nouveau pour moi!)

3… que l’on dit parfois «  un monde un peu perdu et pas mal angoissé du savoir » (G. Lafont. Que nous est-il permis d’espérer ? »,Cerf, 2009).