Mutuelles de santé et savoirs

Cet article s’ouvre avec la lecture d’un livre stimulant : « Le cadeau empoisonné. ONGs et soins de santé à l’est du Congo » 1. Il met en lumière l’intrusion dévastatrice d’une politique de santé importée, ignorante de l’État dans laquelle elle creuse sa niche, des réalités des communautés et des cultures. La maison africaine se sent « envahie » (au nom du bien mais d’un bien qu’elle n’a pas choisi).

Loin de nous l’idée qu’il faut diaboliser l’un au détriment de l’autre. Seulement  reconnaître : les spécificités d’un rapport différent à la maladie, d’une demande de signification bien mise en évidence par M. Singleton, d’une médecine traditionnelle qui tarde à être reconnue dans son plein droit, de structures de soins de santé qui s’écartent du paradigme holiste (soigner la terre, le végétal, l’animal, l’homme) au profit du paradigme pasteurien.

Les mutuelles de santé qui se développent à l’est du Congo sont consonantes avec les traditions mutuellistes, en d’autres mots avec ces chambres de débats ou barzas que sont le Kyaghanda de Butembo, le Kagala de Bukavu, ….« Tous les éléments sont réunis pour que le kyaghanda soit un lieu de communication totale, au service de la société. On y discute de paix mais aussi de maladies, on échange des savoirs, on confronte les savoirs » écrit Kambalume Kahindo Raphaël de l’UCG Butembo.

DOCUMENT  TÉLÉCHARGEABLE

Mutuelles et savoirs

NOTES

1 Luc Dusoulier, Emmanuel Rugarabura, Adrien Zawadi, Couleur Livres, 2014,155 p.