Résumé de « Médecines en Afrique. Entre traditions et modernité. »

Cet article est un court résumé d’un colloque organisé par le PACODEL (U.Liège) ce 10 novembre, qui avait pour thème : « les médecines en Afrique. Entre traditions et modernité ».

Beaucoup de pays africains ont refusé la dichotomie stricte entre médecine conventionnelle (MC) ou occidentale et médecine traditionnelle (MT). Celle-ci est largement reconnue aussi bien dans les villages que dans les villes : elle est donneuse de sens et de santé (souvent) ; premier recours de beaucoup de populations surtout à la campagne. Elle est reconnue par l’OMS en première ligne pour les soins de santé primaire.Les politiques nationales tendent à intégrer les deux (MC et MT) et le colloque fut une occasion d’échanges fructueux entre elles .Le colloque traite aussi des apports de la chimie occidentale quand il faut se demander : quelle molécule est responsable ? Cette molécule peut-elle apporter du neuf en matière de grands traitements? (cancers, immunodéficiences, malaria, …).

Une conclusion générale? Aucun système médical n’a le monopole de la santé qui ne se définit pas seulement par une altération de la molécule (petite ou grande, parfois même réparée par le génie moléculaire). On cherche à être bien dans son corps , dans son âme, dans une co-existence harmonieuse avec la nature,…les esprits, les djinns, les autres..1

Michel Ansay

Notes

1 « Le dialogue entre médecine moderne et traditionnelle s’intègre comme partie d’un vaste dialogue entre science, politique et société. La co-construction de représentations partagées est un grand défi pour demain » (Nicolas Antoine-Moussiaux).

Document à télécharger

Les médecines en Afrique