Techne versus episteme ?

La réflexion de S.A.Marglin « fermiers, semenciers et scientifiques : systèmes d’agriculture et systèmes de connaissances » a pour point de départ une question : la HTA (Hi-tech) agriculture est-elle un triomphe de la science ou un désastre dans ses œuvres ? Ou les deux ? La réponse réside-t-elle dans un mariage de l’agriculture traditionnelle (techne) et de l’episteme agronomique ? Est-ce faisable ?

La première partie de ce très long article1 est consacrée à l’HTA, à son histoire, à sa diffusion globale. Les débuts remontent aux trente premières années du XXème siècle avec le développement du maïs hybride aux États-Unis. C’était le départ de la révolution verte telle qu’elle s’exporta au Mexique mais aussi en Inde et au Pakistan. En 1960 , une « joint-venture » de l’Institut International de recherches sur le riz et des fondations Rockefeller et Ford réalisa pour le riz ce que Norman Borlaug (Prix Nobel) et son équipe avaient réussi pour le blé au Mexique. Les nouvelles variétés détrônent , quand les conditions sont favorables, quand de fortes doses de fertilisants sont appliquées,les variétés locales que les agriculteurs avaient expérimentées au long de millénaires.

La révolution verte fut célébrée : triomphe de la science et triomphe du capital ; elle promettait beaucoup au peuple des affamés2. Les critiques de l’HTA, en revanche, portaient sur les risques liés à la perte de la biodiversité, aux pollutions environnementales, à son coût élevé. Pour des raisons économiques, la question d’ une autre agriculture dite alternative s’est posée. L’auteur la résume : « l’agriculteur doit-il travailler avec son cerveau droit ou avec son cerveau gauche ? ».

C’est ici que nous commençons à accompagner l’auteur. Episteme et techne sont deux moyens d’appréhender la réalité. Ils caractérisent deux systèmes de connaissances dont avec l’auteur ,nous découvrons les facettes. Les deux systèmes sont-ils compatibles ? Une image à nouveau : « chaque ferme doit être un laboratoire ! ».

Enfin dans deux contributions séparées (elles proviennent de Bukavu et de Butembo, RDC, sous la plume d’Augustin Cihyoka et du regretté Dr Kasonia Kakule), nous donnons des exemples dans lesquels la techne (sous la forme de savoirs paysans) a pu rencontrer l’episteme. C’est un début de réponse à la question d’un mariage possible.

D’autres expériences d’une telle rencontre ?

 

DOCUMENTS A TÉLÉCHARGER

La rationalité et le monde (F. Appfel-Marglin)

Fermiers , semenciers et scientifiques (S. A. Marglin)

L’expérience Kagala

La méthode Kasonia Kakulé

 

 

NOTES

1 Farmers, seedsmen, and scientists : systems of Agriculture and systems of knowledge in Decolonizing knowledge, from Development to Dialogue, edit. by F. Appfel-Marglin and S.A.Marglin, Clarendon Press Oxford,1996,pp. 186-248. Stephen A. Marglin est Barker Professor of Economics, Harvard University (USA).

2 Une histoire que le début ce siècle a documentée: brutalités d’un capital souvent relayées par l’État et par une technologie asservie, résistances des agriculteurs appauvris, chassés , désespérés.